Cet été, nous avons décidé de faire dans le changement. Nous sommes allés à la montagne, ce qui n’est pas à notre habitude. Envie de grands espaces, de sérénité mais aussi de belles sensations. French mountains here we are !

Nous avons choisi de découvrir la chaîne des Alpes, et plus particulièrement le Mont Blanc et ses alentours. Nous ne nous sommes pas lancés dans l’ascension de ce géant des montagnes car cela demande une longue préparation mais avons néanmoins vécu une aventure particulièrement trépidante…

lacblanc13


Le Lac Vert, émeraude des montagnes

Non loin du Mont Blanc, nous avons sillonné les routes de montagne en direction du Lac Vert, jusque là inconnu de nos mirettes. Situé en Haute-Savoie, ce lac surprend par sa couleur verte, comme son nom l’indique. Et on vous le confirme.

Après plusieurs kilomètre d’une route sinueuse, les degrés tombent à mesure que l’on prend de l’altitude, jusqu’à ce qu’un calme d’une autre dimension s’installe. On se retrouve à environ 1200 mètres. Et on se dit qu’on a bien fait de prendre ce pull avec nous.

Depuis cet endroit, une vue magnifique sur le Mont Blanc s’impose à nous. La tranquillité du lieu, la beauté de l’eau dans laquelle se reflète les nombreux arbres bordant le lac, tout y est pour nous offrir ces précieuses minutes de connexion avec la nature et de sérénité parfaite. Merci ô grand Lac Vert !


Le Lac Blanc, l’escapade glacée

Where is Lac Blanc ?

Après notre visite du Lac Vert, nous décidons de monter un peu plus haut, à plus de 2350 mètres d’altitude. Nous nous sommes lancés dans la célèbre randonnée du Lac Blanc, que nous recommandons à tout le monde.

Après avoir pris le téléphérique de la Flégère à Chamonix, nous avons fait une randonnée d’environ 1h30 (avec beaucoup de pauses photo/vidéo). Disons qu’en marchant normalement, cela prend plutôt une heure par le chemin le plus classique. Il est possible pour les plus courageux d’emprunter le Cols des Montets  qui offre un itinéraire bis moins touristiques.

Le Lac Blanc est niché au sein du massif des Aiguilles Rouges. Nous avons décidé de vivre l’aventure de la manière la plus intense possible en décidant de loger une nuit au refuge du Lac Blanc.

L’orage de l’aventure

Après avoir marché (et parfois presque escaladé) un bon moment, un énorme orage s’est abattu sur nous. Désemparés et n’ayant pas de réseau sur nos téléphones. Oh God. Nous ne savions pas si nous étions proches du refuge du Lac Blanc ou totalement perdus au milieu des montagnes. Heureusement, le refuge n’était plus très loin mais je vous conseille fortement de vous munir de ponchos imperméables car le temps de la montagne, et surtout en altitude, est très incertain. Les orages peuvent survenir à tout moment. Nous nous sommes faits une belle frayeur (et avons failli perdre tout notre matériel photo et vidéo, à deux doigts de la noyade).

lacblanc8

Oh, des bouquetins

Mais, fort heureusement, nous avons eu aussi de belles surprises. La première, ce sont ces bouquetins découverts à quelques mètres de nous en pleine nature, un moment magique ! Moins peureux que les chamoix, ils nous offrent la possibilité de les observer parfois de très près.

Les marmottes aussi font parties du décor. Plus discrètes, il faut bien ouvrir les yeux afin de pouvoir les observer.

Le Lac Blanc

Arrivés à la fin de la randonnée, le Lac Blanc se dévoile. La glace et la neige sont présentes et ce même en plein mois de juillet. Nous sommes totalement déconnectés.

La vue est a coupé le souffle, nous avons la tête dans les nuages, au sens propre comme au figuré. Le vide est la lui aussi. Nous sommes hauts perchés et avons  cette impression d’être si petits face à la grandeur de cette nature.

Nous arrivons au refuge du Lac Blanc, typique d’un petit chalet de montagne. Le bois y est omniprésent, on s’y sent bien.

lacblanc1

Après une douche réconfortante, nous faisons sécher nos affaires et nous sommes juste heureux. Heureux d’être au refuge, de bénéficier de ce sentiment de sécurité qui a pu nous manquer à la fin de notre randonnée. On mange avec les autres occupants un repas typique de Haute-Savoie. On se souviendra surtout de la soupe de légumes servit avec de la tome de Savoie, à découper en petits morceaux et à faire fondre à l’intérieur de la soupe. Juste un délice.

On dort dans des dortoirs. Il est clair que nous ne sommes pas là pour bénéficier d’un confort optimal. Mais cela fait partie de l’expérience. Nous ne tardons pas à trouver le sommeil et à s’endormir accompagnés de toutes ces belles images capturés par nos yeux plus tôt dans la journée.

Nous sommes repartis le lendemain pour faire la randonnée du retour, en pleine forme. Nous reprenons le téléphérique qui sonne la fin de cette belle randonnée. Elle est belle notre France.

M. & L, alpinistes chevronnés.

Leave A Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *